Réseaux sociaux et politique

0

Nous entendons souvent parler de l’importance prise par les réseaux sociaux en politique ; nous avons questionné cette tendance et réfléchi à la position qu’il convient de défendre en tant que patriotes et réactionnaires. Des pistes d’exploration des réseaux ont été envisagées pour y développer nos idées et y porter nos convictions.

 

Tour de table

Nombre d’individus se sont intéressés à la politique par le biais d’Internet, par le biais des réseaux sociaux, alors qu’ils s’en désintéressaient auparavant : ces réseaux ont été des déclencheurs, des catalyseurs, ils ont cristallisé le goût du politique. Il faut toutefois le regretter : c’est l’une des faillites de notre temps, le rapport au savoir s’est dissout dans la culture de l’immédiat et du facile. La gauche est très présente sur Internet. La présence de la droite serait donc nécessaire !

Tous les champs de la communication sont politiques et les réseaux sociaux doivent nous offrir une permanence utile, à des fins électorales et informatives. Les réseaux sociaux auraient abruti la jeunesse. Comment espérer que ce public en sorte « grandi » et « nourri » d’une bonne formation politique ? Cependant, tous ou presque s’accordent pour dire que ces armes-là sont nécessaires : il faudrait s’en saisir toujours davantage pour en tirer les meilleurs fruits.

Sur les réseaux sociaux, les informations sont rapides, faciles à « consommer ». Les jeunes gens s’y politisent plus rapidement, mais cette effervescence s’accompagne trop souvent d’une grande volatilité des opinions. Ainsi a-t-on constaté de nombreuses variations individuelles, toutefois la tendance est toujours la même : du centre vers la périphérie, du centre vers les extrémités.

Il faut aussi reconnaître que les plateformes comme YouTube ont aidé certains à quitter leur « hébétude gauchiste » pour embrasser les idées nationalistes. Toutefois, on peut s’interroger sur la qualité et la pertinence de la « formation » reçue à l’école Soral, par exemple. Un « troll » de droite fait-il bon missionnaire ? L’exemple « Henry de Lesquen » est regrettable.

En revanche, il apparaît très clairement que les réseaux sociaux sont d’excellents vecteurs de transmission pour l’information ; c’est ainsi qu’on informe le « peuple de droite », désormais, du moins le croit-on. Est-on pour autant bien informé, quand on saisit un message sur un fil Twitter ? Ne faut-il pas encourager le goût de l’information étayée et sereine ? Ces médias seraient alors une force de frappe de nature à « effrayer » le monde politique — à en croire les moyens législatifs promis pour cadenasser l’expression sur les réseaux sociaux, c’est déjà le cas.

 

La droite et les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux ne doivent pas être un média de formation, un terreau où aller chercher de quoi s’instruire : ils doivent rester un simple moyen de communiquer et transmettre une information. Dès lors qu’un vidéaste s’occupe de thématiques ancrées à droite, la censure menace. L’environnement est donc hostile. C’est pourquoi notre camp doit produire un contenu qualitatif et inattaquable sur ces plateformes. Ce contenu doit consister en des explications, de la pédagogie, des chiffres, des données, etc. La stratégie des blagues ou des provocations ne fonctionne pas. De plus, il faut distinguer la télévision des réseaux sociaux, sans pour autant se bercer d’illusions, car tout comme TF1 conduit à « plus » de TF1, YouTube amène à « plus » de YouTube.

Beaucoup de vidéastes français se sont de plus en plus politisés et diffusent des parfums idéologiques très orientés à gauche ; s’il y a une dimension lucrative derrière tout cela, une question se pose : quel combat possible contre cette tendance ? Le paradigme de l’horizontalité s’est installé sur les réseaux sociaux. La médiocrité de la télévision se retrouve sur YouTube et les utilisateurs reproduisent des comportements de téléspectateurs. Cependant, la réalité s’impose à nous : il ne faut pas se priver de ces armes. Ce serait une porte d’entrée vers une formation plus sérieuse, plus adaptée à un militantisme concret et efficace. Les réseaux sociaux étendent le champ de la communication politique – mais, quelle place pour l’action ? Comment quitter le « couloir » de la droite où tous les vidéastes et « influenceurs » des réseaux sociaux se sont enferrés malgré eux ? Il paraît nécessaire d’investir ce champ de la communication, forts des meilleures vertus de notre camp : la discipline, le sérieux, la rigueur.

L’engouement numérique du public de la droite apparaît comme une réponse au besoin de renouvellement des formes de l’engagement politique. Le public nourrit désormais des exigences, des espoirs et des attentes à rebours du fonctionnement « habituel » des partis, des institutions. Une adhésion plus souple, des espaces de délibération et de confrontation plus ouverts, ce sont là les aspirations d’un public faiblement expérimenté et très sensible à l’influence des « chefs ». Mais les risques de dévoiement sont grands.

Deux dynamiques sociales sont à l’œuvre : l’hyper-individualisme et le système technique. La question du moyen technique à l’œuvre ne sera pas abordée ce soir et pourtant elle serait l’enjeu d’une discussion à part. Les réseaux sociaux s’inscrivent dans le marché du capitalisme communicationnel. Trois fantasmes concourent à la déception de l’homme de droite sur les réseaux sociaux : la participation, car il croit participer d’un mouvement plus grand, l’unité, car il se croit membre d’une foule alors qu’il est seul, l’abondance, car il grossit ce qu’il voit indifféremment. Ainsi, ces trois tendances occupent un rôle central dans la reconduction des dynamiques de l’hyper-individualisme et le système technique facilite ces inclinations. Cela conduit plus souvent à l’infra-politisation des individus. En ce sens, très peu de billets sont publiés sur les blogs, sur YouTube, sur Twitter, très peu suscitent des commentaires qui seraient de réels échanges entre les personnes ; or la difficulté vient avec l’expression de soi qui ne répond à aucune normativité collective ou transcendante ; la présence sur le réseau social apparaît ainsi comme une finalité en soi (il s’agit de dire pour « se dire », et non plus de dire pour convaincre). Cet écueil est dangereux et cause de notre échec sur Internet car dans cette perspective, nous assistons à un étiolement progressif de la dimension symbolique du politique, en tant que lieu et moment d’échange. Seules comptent les références opératoires et de connivence entre les différents acteurs – sans même évoquer le rôle des mandarins de YouTube qui font rire le public de droite sans jamais chercher à l’élever ou l’instruire.

À l’heure de « l’explosion de la communication », ce déploiement toujours plus intensif sur les réseaux sociaux mène souvent – et paradoxalement – à la « non-communication » et donc à l’absence d’efficacité militante.

La communication est un outil qu’on dit indispensable, pourtant elle devient flèche sans pointe, dont l’unique enjeu serait le tir ; qu’importe les cibles, qu’importe l’arche, pourvu que le trait s’envole : toute présence sur les réseaux sociaux devient performative, sans souci du contenu et des objectifs ; or c’est tout l’enjeu de notre combat politique : il ne s’agit pas seulement d’exister mais de convaincre. Nul ne peut rayonner sans la discipline, le sérieux, et le bagage intellectuel et culturel nécessaire. La dynamique intrinsèque des réseaux sociaux, favorisée par la présence de la gauche très active dans ses diverses branches, menace de conduire à la disparition du politique par la négation de toute dimension proprement conflictuelle et argumentative : cet écueil nous guette et correspond, en quelque sorte, à la fin du politique ; l’antagonisme est absent, refusé, au profit de la résonance et de l’écho. C’est la horde sans la chasse, le chant sans les hommages. Or, il est inutile de chercher à convaincre celui qui est déjà acquis à la cause. Un projet politique patriote, national et réactionnaire se doit de réaffirmer ses particularités et de défendre, sur les réseaux sociaux également, un système de vertus qu’il veut voir inscrit au fondement de la vie en société : cela impose des contenus sérieux et une conduite rigoureuse. Les réseaux sociaux ne doivent plus engager à l’oisiveté.

 

Quelle voix pour notre communauté sur les réseaux sociaux ?

Est-il possible de porter une voix nationaliste sur les réseaux sociaux ? Une commission existe pour financer certains vidéastes. La composition de cette commission paraît de nature à favoriser les subventions pour ceux dont la propagande nous est hostile, ceux qui font l’apologie d’un mode de vie que nous réprouvons, car il diffuse un poison toxique pour la Nation, la Tradition. La présence sur les réseaux sociaux demeure une évidence. Ces plateformes (YouTube, Twitter, etc.) sont des « boîtes noires » techniques (quels algorithmes, quels contrôles ?) et malheureusement, celui qui devait nous partager ses lumières sur le sujet s’est désisté. Leur fonctionnement nous est hostile. Les entreprises sont adverses à notre cause, ou perçues ainsi par le public de Relève de France (islamophiles, cosmopolites, humanistes, etc.). La censure frappe indifféremment : elle existe, il n’est pas possible de la combattre.

Cependant, quelques vidéastes de droite parviennent à rencontrer une large audience. La censure est de nature politique, mais elle intervient, pour le moment, sans demande de la part des autorités publiques : ce sont là les « limites » de l’usager sur YouTube. Adoucir le discours est-il nécessaire ? Faut-il s’exprimer ailleurs comme on s’exprime sur la communauté ? Les propos outranciers ne permettent pas de « ratisser large ». Arrondir les angles du discours, sur les réseaux sociaux, est une nécessité. N’est-ce pas toutefois un piège ? Le vidéaste ne risque rien, il n’y a aucun enjeu électoral derrière sa démarche. Il est possible d’adoucir les propos sans perdre la substance qui fonde le socle de notre combat. La réalité des faits demeure, qu’importe l’habillage qui vient entourer sa diffusion. C’est tout l’écueil de nombre d’entre nous : penser que le caractère sensible des sujets que nous prétendons débattre sur la scène publique nous impose un « parler vrai » trop souvent confondu avec le parler vulgaire et stérile.

La politique avec les « mèmes » doit quitter nos habitudes. L’humour est un champ fertile pour les activités de la droite sur Internet. Mais l’intérêt est nul dès qu’il s’agit de militer. Ces contenus sont toujours d’une piètre qualité communicationnelle, de plus le « mème » fera rire sans convaincre : il n’est jamais un argument, il ne peut être qu’un support pour alléger un propos plus aride et construit. Il ne faut pas confondre les nécessités du sérieux au fond et les enjeux de la forme.

Voyons le cas de YouTube, qui est trop souvent le placard où s’enferment les caïds et les guignols de la droite « extrême » ; les informations et connaissances transmises sont toujours très faibles et la difficulté vient de ce que les auditeurs prennent pour argent comptant ce qui est diffusé et surtout, font de ces diffuseurs des maîtres à penser et des références intellectuelles. D’aucuns évoqueront la « raptorisation » des esprits, d’autres la désigneront comme une impasse politique. Notre rôle serait alors d’inviter le public à s’informer autrement. Est-ce possible ?

Le public sur les réseaux sociaux, ce ne sont pas les personnes âgées. La nécessité d’une offre complète et sérieuse s’impose donc d’autant plus que le risque est grand de dévoyer la formation politique de jeunes esprits en pleine croissance. Le Raptor Dissident est un bel exemple de ridicule. Il est nécessaire de reprendre la main et d’installer sur YouTube comme ailleurs des contenus accessibles, intéressants et factuellement irréprochables. Il faut détacher les plus fébriles de la culture du « divertissement » pour les attacher à la culture de l’exigence.

Les réseaux sociaux sont cependant un terrain hostile, non seulement du fait de la technique, mais aussi du fait du public. La réponse qualitative doit être notre salut. Les médiocres vidéastes de droite ont un impact négatif sur notre camp ; ils ont plongé dans la paresse intellectuelle trop des utilisateurs forcenés de YouTube que nous avons retrouvés sur la communauté et où nous avons constaté qu’ils seront difficilement les fers de lance de nos combats. Les totems sont apparus autour de ces vidéastes et ils sont, hélas, devenus des références, des gourous, des chefs qui n’offrent que le divertissement en partage.

Cette pratique doit cesser, nous devons nous en défaire et refuser d’enrichir le concert des admirateurs béats. Notre œuvre doit se concentrer ailleurs. D’aucuns ont relevé l’excellente performance de Jean-Luc Mélenchon sur YouTube. Le format et la méthode ont été remarqués comme très efficaces. Politiquement, le résultat a été probant en 2017. Faut-il suivre ce modèle ?

 

Des perspectives et des difficultés

Le clivage politique trouve sa dimension. L’impossible réconciliation des plus radicaux de la gauche et des plus radicaux de la droite s’illustre sur Twitter, où les fils abondent en vaines discussions entre participants plus bavards qu’ils ne sont courageux. Ce sont deux fleuves parallèles, qui ne sont jamais confluents et toujours grossissent sans jamais se joindre – pour la concorde ou l’opposition.

Cette disposition particulière, favorisée par les algorithmes et la technique des réseaux sociaux, laisse peu de place aux indécis, aux hésitants ; c’est pourtant auprès d’eux que notre discours – le plus factuel et le plus implacable possible – doit s’adresser. À la démarche émotionnelle et infantilisante de la gauche, il faut opposer une démarche vaillante, virilisante, audacieuse.

La communauté sur YouTube ? Quels objectifs ? Il faut donner à voir la vérité, la réalité des faits, pour confronter les médias qui mentent et diffusent des informations, des données qui sont fausses. Le projet pourrait être étudié.

Il s’agit de restituer la vérité au public des réseaux sociaux. La demande est grande, à en croire l’extrême méfiance qu’inspirent les médias, les journalistes. Cependant, il serait illusoire de penser que les gens en masse se détachent de la télévision ou des contenus les plus courants et communs, sur les réseaux sociaux. La prudence est de mise : il faut s’appliquer les plus hautes exigences, pour l’efficacité du plus grand rayonnement. Les médias alternatifs comme RT (Russia Today) ou Sputnik France sont difficilement crédibles ; les débats proposés sur ces espaces, par exemple, sont une offre moyenne. Les affiliations sont par ailleurs de nature à détourner du combat patriote.

Les réseaux sociaux n’échappent pas aux logiques de la norme sociale et de la référence personnelle. Ainsi la pensée de droite a-t-elle abandonné ses complexes et ses inhibitions. Mais la liberté, ce n’est pas la licence. Le peuple est émotionnel, tout comme la foule ! Au croisement d’une multitude de courants de pensée, la psychologie sociale se consacre à l’analyse des interactions, perceptions et influences sociales : il s’agit de « comprendre et expliquer comment les pensées, les sentiments et les conduites des individus sont influencés par la présence réelle, imaginaire ou implicite d’autrui ».

Cette définition de Gordon Allport nous invite à considérer deux perspectives méthodologiques, sur les réseaux sociaux. À la force émotionnelle qui suscitera l’intérêt et l’adhésion d’un public attentif, il faut joindre le relief et l’authenticité des sources les plus fiables, des données avérées. En ce sens, la « Banque des Patriotes » est une initiative utile : les membres de la communauté y trouveront toutes les ressources nécessaires pour investir les réseaux sociaux et y répandre la parole militante.

Après tout, en ces temps, « la vérité est si obscurcie et le mensonge si établi », qu’il faut, pour la reconnaître, aimer la vérité, et la diffuser. Ces mots, adaptés, de Blaise Pascal, doivent être notre leitmotiv.

Télécharger

Partager :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.