Auteur/autrice : Alexandre

Les individus ont éprouvé, avec le déploiement des réseaux numériques, la sensation croissante d’une plus grande licence d’action, servie par ces formes nouvelles et inédites d’indépendance. Les mécontentements et les frustrations politiques nourrissaient de leurs énergies les circuits du système représentatif. À mesure que les citoyens se sont trouvés en mesure de pouvoir aisément s’informer et afficher leurs opinions, de faire connaître leurs colères et leurs humeurs, grâce à ces techniques nouvelles de communication de la connaissance et de l’information, on a d’abord pensé que bientôt viendrait la « démocratie par le clic ». Un nouveau monde s’ouvrait alors, rapidement présenté sous…

Read More

Opposée à l’état sauvage, à la barbarie, la civilisation est l’ensemble des phénomènes sociaux, de nature transmissible, présentant un caractère religieux, moral, esthétique, technique ou scientifique, et communs à toutes les parties d’une vaste société, ou à plusieurs sociétés en relations. C’est aussi un édifice susceptible de s’écrouler, de disparaître. Aux origines de la civilisation, la civilité Pourquoi parler de civilisation ? La question s’est posée une première fois au XVIIIe siècle, quand le docteur Samuel Johnson préparait la quatrième édition de son Dictionnaire. Si l’on en croit son biographe, James Boswell, le docteur Johnson ne comptait pas intégrer le terme…

Read More

Méthodes, manuels et pratiques des enseignants Avec les progrès de l’alphabétisation, la pédagogie de la lecture a pris une importance considérable. La quête de l’infaillible méthode anime une grande querelle dans l’école. Les parents et les enseignants alimentent volontiers le débat. Quand Ovide Decroly institue une méthode de lecture fondée sur la mémorisation visuelle du mot (méthode globale), l’ancienne méthode alphabétique (syllabique) voit apparaître une rivale. Les initiatives en faveur de l’innovation pédagogique feront pénétrer dans les classes la méthode globale, mais les résultats contrastés de celle-ci conduiront les pouvoirs publics à réagir. Nous n’entrerons pas ici dans les détails…

Read More

C’est jour de fête nationale. Vive la France ! Nous ne sommes dupes. La fête du 14 juillet semble une de ces idoles que la poussière a ravagé et qu’une main indiscrète a laissé tomber dans le marécage du divertissement et du spectacle. C’est pourquoi nous vous invitons au recueillement et vous proposons, ce jour, des pistes de lecture pour l’été – la demande était vive ! Mais attardons-nous un instant. Combien iront, sandalettes aux pieds, chemises à fleurs sur le dos, se masser près des monuments ou même sur le circuit du défilé militaire ? Autrefois, l’Armée française était…

Read More

Le 12 mai, les résultats des épreuves d’admissibilité dans de nombreuses disciplines pour les concours de l’enseignement sont publiés. Cette publication, régulière mais autrefois invisible, fait l’effet d’une révélation. La chute du nombre d’admissibles[1] se généralise et touche de nombreuses disciplines. Dans le second degré, notre vision de la situation se fait panoramique. Certaines disciplines ne sont pas touchées par ce qui s’apparente à une désaffection. Les données du ministère montrent qu’en histoire-géographie, pour 575 postes, 1045 candidats sont admissibles ; en philosophie, 295 candidats vont concourir pour les 129 postes disponibles. En sciences de la vie et de la…

Read More

Le 7 avril 2022, l’UNESCO publiait un rapport alarmiste pour évoquer le décrochage scolaire des garçons. Nous entendons apporter ici le contrepied. Les faits sont connus. Les filles ont, du primaire au supérieur, de meilleurs résultats que les garçons. En 2006, les enquêtes internationales PIRLS[1] ont révélé que les filles sont plus nombreuses à maîtriser les compétences langagières de base (91% contre 85,6%). En 2008, L’État de l’école 2008 brisait ce mythe de la supériorité des garçons sur les filles en mathématiques. Depuis, les tendances se sont affirmées et creusées dans le sens observé : les filles réussissent mieux au brevet…

Read More

Le mot « nation » désigne un groupe de personnes qu’unissent les liens du sang, de la langue et de la culture. Le latin nous rappelle que natio et natus sont deux concepts qui n’intéressent pas toujours le partage d’un même sol. C’est au XVIIIème siècle que le concept connaîtra une transformation radicale, à la faveur de la Révolution française. Auparavant, plusieurs nations pouvaient coexister sous l’égide d’un même État ; mais la nation devait s’identifier à l’État et l’État-nation devait apparaître comme un fait positif. L’histoire du concept de nation connaît là une rupture importante qui justifie que son étude conduise inexorablement…

Read More

Que désigne le conservatisme ? Le terme est formé à partir de celui de « conservateur » et celui-ci désignait originellement un gardien des droits ou des privilèges, en un sens juridique : conservateur des hypothèques, des classes, des eaux et forêts. La signification a changé et s’est politisée quand le terme fut appliqué à un parti politique, comme les tories au Royaume-Uni. La connotation demeura autour de la conservation des privilèges et de l’ordre social. Très tôt, il suggéra le refus du renouvellement de la société et cette signification s’accentua quand le renouvellement se fit plus rapide et plus…

Read More

« Sum pius Aeneas »[1], dit le héros de l’Énéide, pour exprimer cette loyauté sans faille à ce qu’il est. La conscience de son destin et la force de ses engagements s’expriment dans cette affirmation qui est la face, aujourd’hui oubliée, du courage – ce courage qui a déserté la scène publique alors qu’il est la coqueluche des discours à la mode. Où qu’on porte le regard, nul ne le trouvera, et pourtant nos oreilles sont accablées de ces interminables rengaines : il faut du courage ! nous nous devons au courage ! des réformes courageuses s’imposent ! c’est le manque de courage qui perd la…

Read More

Autrefois, empire, autorité souveraine, puissance publique, souveraineté étaient des synonymes. Les Français seront les premiers à faire un usage étendu du mot de « souveraineté », dès Les Six Livres de la République de Jean Bodin en 1576, surtout parmi les juristes et les légistes. Ailleurs en Europe, le mot connaîtra une postérité plus difficile, surtout en Angleterre où la langue politique sera très réservée devant l’idée de sovereignty. La tradition anglaise souffrait difficilement l’intrusion d’un mot coloré d’absolutisme. La langue allemande a intégré la traduction littérale Souveränität, mais le concept a été traduit par Staatsgewalt ; notons que l’allemand connaît des concepts…

Read More